Un extrait du 6e et dernier des contes Moraux d’Eric Rohmer, le songe de tout hommes: